Tour d’horizon sur la VAE EJE

0
392

Il est possible de valider le diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants ou DEEJE grâce à la validation des acquis de l’expérience ou VAE. Le certificat ainsi obtenu possède la même valeur que celui obtenu grâce à la formation. Plus d’informations sur la VAE EJE dans ce qui suit.

Qu’est-ce que la VAE EJE ?

Valider son expérience est toujours un meilleur choix pour améliorer sa carrière et obtenir un nouveau poste mieux considéré et mieux payé. Pour exercer un métier dans la petite enfance,faire connaître ses acquis professionnels permet de montrer que l’on a déjà œuvré dans le domaine en question. Il sera ainsi possible de mener une action éducative ou de concrétiser un projet éducatif. Idem pour la création d’une action sociale en collaboration avec les cadres institutionnels. C’est une excellente alternative pour devenir éducateur jeunes enfants EJE sans être obligé d’abandonner son poste actuel pour revenir aux bancs de l’école.

La VAE EJE – Éducateur Jeunes Enfants permet d’acquérir un diplôme reconnu par l’État. Comme toute VAE, elle est accessible à tous ceux qui ont déjà exercé dans le secteur de la petite enfance. Elle est ouverte à tous les niveaux, et ce quels que soient la nationalité, le statut et l’âge au moment de la demande. Il suffit de justifier d’une expérience d’un an minimum dans le domaine en lien avec la certification visée. Cependant, pour valider sa VAE, il est primordial de maîtriser un certain nombre de compétences et différents savoir-faire. Il faut notamment posséder une connaissance approfondie de la profession d’EJE.

Zoom sur le parcours de la VAE EJE

La VAE vise à vérifier que le candidat possède toutes les compétences requises pour décrocher le DEEJE (diplôme d’état d’éducateur de jeunes enfants). Pour ce faire, il faut suivre une démarche comprenant trois étapes. Cela commence par le livret 1 ou livret de recevabilité. C’est une sorte de carte de visite. Il comporte l’identité du candidat et ses expériences en rapport avec le métier d’EJE. C’est la preuve de l’adéquation entre ses fonctions et la certification visée. C’est le préfet de la région qui jugera de la recevabilité du livret. Ce dernier peut être refusé si les heures effectuées sont insuffisantes ou bien si les acquis sont trop éloignés du référentiel professionnel. Si la réponse est positive, le candidat recevra le livret 2 pour continuer la démarche.

Le livret 2 est le livret d’évaluation des acquis. Le candidat doit y détailler ses expériences de terrain en lien avec le référentiel. À cet effet, il est nécessaire de bien suivre les directives présentées sur la notice d’accompagnement. Avec ce dossier, le jury va évaluer si la personne en question a acquis les compétences exigées par la certification. Dans ce cas, celle-ci pourra se faire accompagner par un formateur. La dernière étape, c’est l’entretien avec le jury constitué de trois professionnels, dont un formateur EJE, un travailleur social et un éducateur de jeunes enfants. Ces derniers reposent sur le livret 2 pour procéder à l’examen oral. Puis, ils concluent la validation partielle ou totale du diplôme. Dans le premier cas, le jury indique que le candidat doit acquérir encore certaines compétences.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici